Rechercher

Trouver les ouvertures au milieu des fermetures

Dernière mise à jour : 17 juin

On a changé de boucle et pourtant ça tourne toujours en boucle ! Demain c'est comme hier en un peu plus vert et un peu plus responsable.


La boucle précédente parlait d'une prise de conscience : le monde d'avant et celui d'après, celle d'aujourd'hui parle du paradoxe de l'urgence de l'action et celle du retour en arrière avec des stratégies écolinéaires.


Qu'est-ce qu'une stratégie écolinéaire ?

Comme l'explique Andrew Winston, co-auteur du livre "Net Positive" dans la revue MIT Sloan Management Review "Ce qui est perdu quand on parle d'ESG à la place de durabilité", il met en garde contre le risque de lire la transition et les transformations liées à travers "les lunettes du marché".


Une stratégie écolinéaire, pour nous, consiste à penser que la transition est une case stratégique de plus à cocher :

  1. faire un écoSWOT (outil stratégique d'analyse de forces et faiblesses stratégiques d'une entreprise pour un monde stable),

  2. Chercher les prochaines tendances dans un environnement mouvant

  3. Choisir un écoscénario qui invite à penser au niveau du prisme produit ou service, puis à aligner les équipes et compétences nécessaires.

  4. Se demander qui éco-sommes-nous demain ? et nous arrivons aux mêmes éléments de langage qu'avant, adaptés à la prise en compte des parties prenantes et de la transition. "Notre mission est de proposer à nos clients des services, des produits et une alimentation de qualité et accessibles à tous à travers l’ensemble des canaux de distribution. Grâce à la compétence de nos collaborateurs, à une démarche responsable et pluriculturelle, à notre ancrage dans les territoires et à notre capacité d’adaptation aux modes de production et de consommation, nous avons pour ambition d’être leader de la transition alimentaire pour tous. »

  5. Etablir une feuille de route, néanmoins plus courte que les précédentes,

  6. Accompagner au changement et développer une culture de la résilience

Les outils (de mesure) nous sont bien sûr indispensables dans cette nouvelle perspective mais ça tourne en boucle. "L'imprévu fait l'éducation de l'intelligence" disait Victor Hugo. On n'a certainement jamais autant parlé de se réinventer sans le faire, cf. supra. Pour étayer quelque peu ce propos, il suffit de prendre l'exemple du télétravail. Pour l'instant, la réinvention du travail à l'aune du télétravail suit la même redéfinition que celle vécue précédemment par le commerce quand il s'est mis au "e" : le travail "phygital" n'est pas du présentiel + du distanciel, c'est une autre expérience à imaginer.


Il faut du courage et "trouver les ouvertures au milieu des fermetures". (phrase empruntée à Edouard Baer, voir citation complète plus bas).

Pour trouver ces ouvertures, nous avons trois convictions :

  1. Notre capacité à imaginer l'avenir n'est limité que par notre imagination (pas celle à laquelle vous pensez ;-)) 👉 pour en savoir plus

  2. S'interroger sur "nos importants" pour redonner du sens et remettre l'urgence à sa place (par conséquent cela implique de zapper les concepts déjà obsolètes de "monde d'avant" et "monde d'après").

  3. Arrêtons de nous demander dans quelle case nous sommes, quelles sont nos croyances limitantes ou nos biais cognitifs, mettons-nous joyeusement en mode solutions avec de nouvelles variations imaginatives. Le mode solutions mérite un rappel car il n'est pas un déni des problèmes mais une façon de sortir des problèmes et du "blamestorming" (l'art de rejeter la faute sur les autres). Inspiré de Paul Watzlawick psychologue, philosophe et pionnier des thérapies familiales brèves de l’école de Palo Alto. Il a mené de nombreuses études sur l’insomnie en suivant la méthode classique de rechercher le « pourquoi du problème » afin de trouver les solutions. Après plusieurs années de suivi de ses patients insomniaques, Watzlawick les voyait toujours dans une impasse, incapables d’identifier une cause car le problème était trop complexe (changements de domicile, changements de traitements…). Watzlawick comprit alors que ce n’est pas la recherche du problème qui mènerait à la guérison/solution compte tenu de la complexité du contexte, mais ce qui intéressait le client c’était de pouvoir dormir ici et maintenant. Il renversa la logique de l’analyse en oubliant la recherche des causes (qui enfermait ses patients dans le monde du problème) et en les aidant à développer leur responsabilité et leur initiative pour trouver des solutions ici et maintenant « Comment faire pour retrouver le sommeil dès demain ? » Et vous ? Comment faire pour vous réinventer dès demain ?



Marianne Dekeyser accompagne depuis 15 ans des Comités de Directions, Directions des Ressources Humaines et Equipes Managériales pour les aider à trouver leur singularité et contribution positives, à prendre leur nouvel élan créateur et identifier leurs prochains terrains de jeux stratégiques vibrants et gagnants pour tous.

Elle est, comme vous, ambidextre ;-) Elle inspire, anime et accélère deux types de conversActions : - celles qui permettent à une équipe de retrouver ses nouveaux espaces d'autonomie stratégiques et lignes de forces ici et maintenant pour demain (@IDKIPARL) - et les conversaCtions pour créer le futur et se réinventer (@RXThinking) Les conversaCtions sont la plus petite unité de changement. Elles ne sont pas uniquement un moment, elles doivent être positivement contagieuses pour créer un mouvement durable.



Citation complète Edouard Baer, comédien et réalisateur français « Tous les matins, on a une mission. Trouver la gaieté au milieu des raisons de désespérer. La beauté au milieu des laideurs. La gentillesse au milieu des visages fermés. L'ouverture au milieu des fermetures. Si vous acceptez cette mission, la journée sera magnifique. Si vous la refusez, allez vous recoucher tout de suite ! »






12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout